Tarification

Tarification de la traduction - Qu'y a-t-il derrière le prix d'une traduction ?

Il m'arrive parfois de recevoir un retour étonné sur le prix annoncé pour la traduction d'un projet, que cela soit une simple lettre administrative ou une traduction plus pointue. Bien souvent cela est dû au fait que ces futurs clients potentiels ne se rendent pas compte du temps nécessaire à la traduction (un traducteur professionnel n'utilise pas google translate et un simple clic pour effectuer une traduction !). Ces « quelques pages » contenant du vocabulaire technique, des tableaux remplis de chiffres écrits « à l'américaine » ou ce PDF non modifiable demandent beaucoup de temps de recherche et de mise en page.

Le rythme moyen d'un traducteur varie entre 300-400 mots (une page) par heure, ou 2000-2500 mots (7 pages environ) par jour, hors temps de relecture, correction et mise en page. Ce qui signifie qu'il n'est pas possible de traduire un bilan annuel de 43 pages en 2 jours ouvrables par exemple. Pour être plus précis, vous trouverez ci-dessous les étapes clés d'une traduction.

 

1. Demande de collaboration - Etablissement du devis

Un premier contact est établi entre le client et le traducteur. Ce dernier définit avec le client quels sont ses attentes, ses besoins, les dates de livraison, et éclaircit tout autre point éventuel... Un décompte de mots est effectué ainsi qu'une évaluation du temps estimé pour mener à bien le projet en fonction des demandes du client.

 

2. La traduction

Le traducteur traduit le texte, effectue les recherches terminologiques nécessaires, vérifie ses sources, adapte ponctuation et typographie aux normes françaises, et éventuellement revient vers le client pour toute question relative au projet. En fonction de la technicité du texte, le temps passé sur cette étape peut passer du simple au double.

 

3. La révision/correction

Le traducteur révise sa propre traduction ou confie cette tâche à un réviseur externe (à définir avant le lancement du projet). Les sources doivent à nouveaux être vérifiées et validées.

 

4. La mise en page

Une fois les étapes précédentes terminées, la traduction est ensuite mise en page pour être identique au document original fourni. Dans le cas de documents Word à la mise en page relative simple, cela peut être rapide, mais un Power Point, un document PDF non modifiable, ou tout autre document plus travaillé nécessiteront plus de temps et d'attention.

 

Il est ainsi facile de se rendre compte qu'un traducteur ne fait donc pas que de la « traduction au kilomètre » (sauf bien entendu si cela correspond à la demande du client). Il effectue des recherches, relit son travail avec minutie et remet en forme les documents avant de les livrer. Le traducteur indépendant n'oubliera pas qu'il est tenu de payer lui-même ses charges sociales (à hauteur de 25% dans certains cas), d'anticiper en cas de maladie ou incapacité à travailler (pas d'indemnités journalières pour les indépendants), de mettre de côté pour les congés (pas de congés payés), pour les impôts sur le revenu l'année suivante, et pour la retraite (retraite mimine pour les indépendants). De fait, sur une facture émise par un traducteur, celui-ci ne profitera "pleinement" que de 50 à 60% de ses revenus au mieux. Tous ces éléments entrent bien évidemment dans l'équation lorsque le traducteur établit sa grille de tarification.

Ainsi, il est tout à fait justifiable pour un traducteur indépendant (comme tout autre travailleur indépendant) d'estimer qu'il n'est pas rentable de travailler en dessous d'un certain seuil horaire ou journalier qui ne lui permettrait pas de vivre correctement. Aussi, il ne faut pas oublier que les traducteurs professionnels ont généralement fait des études supérieures à un haut niveau et sont des travailleurs qualifiés.

 

Pour obtenir plus de détails et d'information sur mes tarifs, n'hésitez pas à me contacter via le formulaire de demande de renseignement ou de devis.